AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 What do you see, when you look into the mirror? [Terminé!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yubel Von Alpha
Schizophrénie + Personnalité multiple
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 12/12/2014
Age : 26

MessageSujet: What do you see, when you look into the mirror? [Terminé!]   Ven 12 Déc - 12:48

Yubel Von Alpha
❝Life isn't easy. Believe me.❞


    ■ Prénom: Yubel
    ■ Nom: Von Alpha
    ■ Surnom(s): Moon
    ■ Âge: 22 ans
    ■ Groupe: Cas spéciaux
    (■ Maladies: Schizophrénie forme hébéphrénique et Personnalité multiple)
    ■ Orientation: Homo, même s'il se refuse à admettre qu'il puisse éprouver la moindre attirance.
    ■ Poste ou Métier: Etudiant Interne
    ■ Classe sociale: Riche
    ■ Localisation(s:) Dépend de l'heure de la journée


    ■ AVATAR: Feat :  Salomon FROM Wand of Fortune


WHY SO SERIOUS?
❝Life is a party? I'm not sure...❞


Look into the Mirror...


Retenez bien ce visage, cette allure, car vous ne le verrez pas si souvent que cela. Il ne sort jamais le jour, seulement la nuit, et seulement lorsqu'il pense pouvoir être tranquille... Ce n'est pas qu'il a honte de ce dont il a l'air, simplement il préfère.
Une peau pâle à force de tant d'années à fuir le soleil lui donne un air maladif. D'apparence mince, il est en réalité fort, simplement il n'est pas du genre à montrer facilement ses muscles. Il pèse 95 kgs pour une taille de 1m82, ceci donne une indication sur sa musculature.

Passons à présent à une vue plus en détail. Son visage a des traits étonnamment délicats pour un garçon. Une courte tignasse blanche ébouriffée qu'il prend rarement soin de coiffer forme une parfaite harmonie avec ses yeux d'un gris clair, des yeux souvent cernés car il ne dort que très peu. Un regard souvent terne et des lèvres qui ne sourient que rarement complètent ce visage si particulier. Mais de temps à autre, on peut voir un éclat passer dans ces yeux, un éclat pas toujours rassurant...
Descendons un peu. Des mains fines, délicates, comme faites de porcelaine... Ses poignets sont couverts de plusieurs traces de scarification, de même que ses avant-bras, ce pourquoi il évitera de les montrer. Son torse, musclé sans l'être trop, porte lui aussi quelques traces, mais ce sont plus des coups accidentels. Plus bas encore... Il a des jambes d'athlète, de celles qui permettent de courir vite et longtemps. Mine de rien, il est sportif, même si rien ne le montre au premier abord!

Côté vestimentaire, c'est assez simple, il préfère les longs vêtements afin de cacher ses poignets. Pour les couleurs, il n'a pas de réelle préférence, même si c'est assez rare de le voir porter des couleurs vives... Il lui arrivera de temps à autre de porter une écharpe, mais seulement lorsque ce n'est pas lui qui dirige...



What do you see in my eyes?


"Un danger pour les autres" disait une certaine personne de son entourage.
"Il est malade" disait son père.

L'un comme l'autre ont raison en ce qui concerne Yubel. Il peut être un danger pour les autres comme il l'est pour lui-même, de même qu'il est malade. Schizophrénique, Yubel voit et entend des choses inexistantes. Des voix dans sa tête, son reflet qui bouge seul dans le miroir... Lorsqu'enfant il commettait un acte qui inquiétait les autres, il se justifiait toujours par la même phrase : "C'est lui qui m'a dit de le faire."
Mais cela fait bien longtemps que Yubel ne justifie plus ses actes par cette phrase...

Premier point à retenir, il déteste absolument se retrouver entouré de plein de monde. Solitaire, s'il y a trop de monde à son goût, il préfèrera partir pour trouver un coin tranquille. Même s'il sait que la solitude amplifie les voix, il la préfère à tout ce monde qu'il ne connaît pas et ne veut pas connaître. Il adore en revanche se plonger dans un livre. Mais pas n'importe quel livre, attention, il ne lira que ce qui l'intéresse... A savoir : la médecine légale, la biologie, les livres parlant des crimes et tortures dans les siècles passés... Vous voyez le genre. Il apprécie également la musique, que ce soit l'écouter ou en jouer.
Second point, sa façon de penser ne suit aucune logique. Pour le peu qu'il parle aux gens, ceux-ci ont pu constater qu'il passait d'un sujet à l'autre sans aucun lien entre les sujets. Mais de toute façon, il ne fera aucun effort pour mettre un peu de logique dans tout cela. Que ce soit parce qu'il est malade ou parce qu'il considère les gens comme des choses sans importance.
Autre chose importante à retenir, Yubel a une certaine tendance à l'autodestruction. Non il n'est pas suicidaire. Simplement, sa schizophrénie et ses troubles dissociatifs de l'identité le poussent à la mutilation pour garder de temps à autre le contrôle de ses actes et pensées.

Car oui, Yubel a une sorte de "doppelgänger", une autre personnalité. Cet "autre lui" est une sorte d'inverse. Il déteste la réflexion et préfère foncer dans le tas sans réellement réfléchir. Du genre à frapper de toutes ses forces, c'est un sadique qui aime voir les autres souffrir, surtout sans raison valable. Mais malgré tout, les connaissances de Yubel lui sont bien utiles lorsqu'il décide de s'en prendre à la première personne qui passe...


GET YOUR PEN!
❝Draw a house.❞

Let me tell you...
 


Quoi de plus amusant que de semer les graines de la folie dans les bas fonds? Quoi de plus excitant que de regarder la folie germer et décimer le peuple pauvre? Mais quoi de plus inquiétant que de constater qu'elle a aussi contaminé les classes nobles? Quoi de plus terrifiant que de voir que même votre propre progéniture est atteinte elle aussi?

Un homme et une femme qui s'aiment, l'amour fou visible dans leurs yeux... L'homme se montre galant envers sa compagne, attentionné et aux petits soins pour l'amour de sa vie... Un couple ordinaire, n'est-ce pas? Pas vraiment. Lui se prénomme Butch, elle s'appelle Evangelyne. S'il se montre aussi attentionné et peut-être même trop prudent, c'est car celle qu'il aime attend un enfant, leur enfant. Ils ont préféré garder la surprise quant au sexe du futur bébé, même si elle aimerait que ce soit un garçon. Et tous les deux sont de la "haute" comme on dit. Des personnes riches.
Est-ce l'appât du gain qui a poussé cette bande de petites frappes à s'en prendre à eux? Non, car ils ne les ont pas dépouillés. De la violence gratuite? Non plus, ces deux-là n'avaient rien à se reprocher. Mais alors, pourquoi? Pourquoi, alors que cette soirée s'annonçait si belle, a-t-il fallu qu'une bande de voyous s'en prenne à eux? Ils s'y sont mis à plusieurs, en lâches qu'ils sont. Ils l'ont frappé lui, juste assez pour l'empêcher de pouvoir réagir, puis lui ont crevé un œil. Puis ils se sont tournés vers elle... Ils l'ont frappé, encore et encore, la tête et le ventre. Puis ils sont partis, les laissant ainsi. Oh bien sûr, quelqu'un avait prévenu les secours...

Mais il était trop tard. Il lui fallait faire un choix, et vite. La femme qu'il aimait, ou l'enfant qu'ils désiraient tant. Ils ne pouvaient sauver que l'un des deux et avaient besoin de savoir sa décision au plus vite. La mort dans l'âme et le cœur brisé, il demanda si on pouvait lui accorder quelques instants avec celle qu'il avait tant aimé. Il resta plusieurs longues secondes à contempler son visage autrefois si joli, qui maintenant était abîmé par les coups. Elle ne se réveillerait jamais, c'était une certitude dans son esprit. Il avait entendu le discours des médecins. Paralysée à vie, si elle rouvrait un jour les yeux... Il ne voulait pas lui imposer pareille vie. Il devait s'estimer heureux d'avoir un enfant... Même s'il aurait préféré pouvoir les garder tous les deux.
Alors il choisit de garder l'enfant qu'ils voulaient tant avoir. Un garçon... Elle rendit son dernier souffle au moment même où le nouveau-né poussa son premier cri. Terrible ironie, pas vrai? Il eut peur de ne pas être capable de s'occuper de son fils, mais lorsqu'on lui plaça le bébé dans les bras, il comprit qu'il ne pourrait jamais l'abandonner. C'était son fils. Et en lui, battait le cœur de sa mère.
Il le nomma Yubel et l'éleva, seul. Avec patience et tendresse, comme un père poule. Jamais un mot plus haut que l'autre sauf quand il avait peur, jamais de coup. Et l'enfant grandissait dans un foyer bercé d'amour... Mais quelque chose n'allait pas, il le voyait bien. Cela se manifestait parfois par de légères absences, rien de bien méchant. Mais cela l'inquiétait. Yubel n'avait que trois ans lorsqu'on l'emmena la première fois chez un spécialiste psychologiste. Et le verdict tomba : schizophrénie. On proposa au père d'interner l'enfant, de le soumettre à des traitements expérimentaux, il refusa. "Seul l'amour peut l'aider" disait-il. Et malgré la maladie, il continua d'élever le jeune Yubel.

Quelque chose d'étrange arriva cependant. Alors que père et fils se promenaient un jour, ils tombèrent sur une "vieille connaissance" de Butch. Il s'agissait plus exactement d'une ancienne petite amie du père qui venait d'apprendre pour l'agression dont lui et sa bien-aimée avaient été victimes. Assez rapidement, elle parvint à le séduire de nouveau et s'installa chez eux. Elle n'avait pas d'enfant et n'en "voulait pas" d'après ses dires. Elle parvint à cacher sa grossesse et abandonna l'enfant à sa naissance, sans en dire un mot au père. Quatre ans, un demi-frère à peine né et quelque part dans la nature, abandonné aux mains d'un inconnu...
Mais les choses se compliquent aux cinq ans de Yubel. Si jusque là elle était restée indifférente, voilà qu'elle se met à détester le garçonnet. D'après elle, il n'est pas malade, il fait juste semblant. Elle tente de monter le père contre son fils... En vain, heureusement.

Schizophrène et détesté par sa belle-mère, pauvre garçon, direz-vous... Mais elle pouvait toujours lui houspiller dessus, il s'en fichait. Il se consolait avec ce qu'il voyait. Sa mère, la vraie. Car oui, c'était elle qui lui parlait parfois. Il l'entendait et lui répondait, ce qui mettait la marâtre encore plus en colère. A sept ans, les premiers coups tombent. Rien de trop fort, il faut que cela reste discret et puisse passer comme étant de la faute du garçon... Mais tout de même.... Mais elle n'agissait jamais ainsi en face du père du gamin. Il ne devait se douter de rien. Même si le jeune garçon disait souvent à son père qu'elle ne l'aimait pas.
Cette situation étrange dura huit longues années. Mais ne croyez pas que cela se finisse, non... Yubel voyait de moins en moins sa mère au fil des ans. Cela n'avait rien à voir avec le traitement qu'il devait prendre. Car oui, il était forcé de prendre un traitement... Il s'arrangeait cependant pour le recracher dès que la "voleuse" comme il l'avait surnommée lui tournait le dos.


Et un jour, sa mère disparut. Quinze ans, mais le mental d'un gamin de sept ans...

"Tu l'as fait partir! Tu l'as fait partir!!"

Il poursuivit ses accusations durant plusieurs jours, jusqu'à ce qu'elle en ait marre et décide de l'attraper pour lui révéler la terrible vérité... Quelle est la pire chose que l'on puisse apprendre de la bouche d'une personne qu'on ne connaît pas? Vous dites? Savoir que l'on va mourir? Non, ce n'est pas là le pire.
Elle était la responsable de l'attaque. Jalouse et blessée dans son amour-propre d'avoir été rejetée par l'homme qu'elle aimait, elle avait engagé ces voyous afin qu'ils se débarrassent de sa rivale de cœur. Ils étaient également censés tuer l'enfant qu'elle portait, afin que le terrain soit libre, qu'elle puisse venir le consoler... Mais devant l'échec, elle choisit volontairement d'attendre. Elle espérait que son mioche crève, ou au moins qu'il soit malade. Une tare mentale, c'était mieux ce qu'elle pouvait souhaiter. Elle parviendrait à monter le père contre son rejeton, et l'obliger tôt ou tard à le jeter dehors...


Quelque chose se brisa dans l'esprit de Yubel. Comme une résistance invisible. Si ses résultats scolaires s'amélioraient, s'il gagnait peu à peu en maturité, il s'éloignait de ses anciens camarades. Et une voix devenait omniprésente, l'empêchant souvent de dormir. Cette voix lui ordonnait de faire, de dire. L'un de ses "caprices" fut d'ordonner que la chambre soit emplie de miroirs. Un autre, qu'on installe un verrou intérieur. Tout ceci n'avait aucune logique aux yeux de son père, qui néanmoins accéda à ses demandes pour le plus grand malheur de sa belle-mère. Car elle ignorait tout du terrible destin qui allait se jouer...
Et ce fut à la majorité de Yubel que le destin décida de rayer l'existence de cette menteuse. Elle était seule avec Yubel, et c'était elle qui devait préparer le repas. Elle l'appela afin qu'il descende manger. Une fois, deux fois, trois fois. Excédée par son absence de réaction, elle décida de monter et ouvrit la porte de chambre afin de lui ordonner de descendre. L'ordre ne franchit jamais ses lèvres. Lorsqu'elle ouvrit la porte, la stupeur lui coupa la parole. Tous les miroirs de la chambre étaient brisés, les morceaux traînaient au sol. Elle entra et sursauta en entendant la porte se fermer. Yubel s'y adossa, tête baissée, fermant le verrou.

"Qu'est-ce que tu fais?! Ouvre cette porte tout de suite!!"

Elle ne remarqua que trop tard les deux détails qui auraient dû l'inquiéter. Premièrement, il portait une écharpe, alors que l'air n'était pas froid. Et deuxièmement, il tenait un morceau de miroir dans la main. Un morceau tranchant, à en juger par le sang qui coulait de sa main. C'était l'autre personnalité qui contrôlait. Avant qu'elle n'eut le temps de pousser le moindre cri, il enfonça le morceau dans sa gorge. Il le retira et le planta à nouveau. Encore, et encore. Le légiste comptera une dizaine de coups.

Lorsque son père rentra, il s'étonna du silence qui planait dans la maison. Inquiet, il monta à l'étage, découvrant ainsi la scène surréaliste : son fils venait de tuer sa belle-mère, et il ne semblait même pas inquiet ou terrifié! N'importe qui aurait appelé la police dans l'immédiat. Pas lui. Il brisa une des fenêtres de l'extérieur, maquillant ainsi le crime en un acte de rôdeur. Un crime "impuni" encore à l'heure d'aujourd'hui.
Il déménagea ensuite loin d'ici. Durant un an, il garda son fils près de lui, s'arrangeant pour qu'il prenne soigneusement son traitement. Puis, se rendant compte qu'il ne pourrait lui dispenser de cours par lui-même, il choisit de l'inscrire à cette université dont il avait entendu parler.
Aujourd'hui? Il y est encore, suivant toujours les cours avec plus ou moins d'assiduité. Sauf qu'il ne prend plus son traitement...





I'M OVERBOOKED!


    ✜ Pseudo: Louloutre? Nan, sérieusement, j'en sais rien x3
    ✜ Age: 24 ans~
    ✜ Sexe: Je suis une fille. OUI je suis une fille en vrai! Et alors?!
    ✜ Suggestion: Rien pour le moment~
    ✜ Comment avez-vous connu le forum ?: Via Nath~
    ✜ Plus:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihide Naomira
Director Of The Insanity
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: What do you see, when you look into the mirror? [Terminé!]   Dim 14 Déc - 16:36

Owi owi tu es validé mon chou. Ton histoire est génial! Tu n'as plus qu'à faire recensé ton avatar ici et tu peux donc commencer le rp, j'en connais une qui va être contente

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reignofmadness.forums-actifs.net
 
What do you see, when you look into the mirror? [Terminé!]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
» La justice de Raphael [Terminé]
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Alkar Sen'tetsu( Terminé)
» Sur les traces d'une BSH {PV Yuki} (FINI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentations :: Présentations validées :: Cas spéciaux-
Sauter vers: